Ne jetez rien. Recyclez ! Vos idées ont de la valeur. Conservez-les !

S‘il y a des jours de grâce où les mots et les notes s’écoulent avec une ferveur quasi mécanique, la majorité du temps la création est fastidieuse pour la plupart d’entre nous. L’écriture d’une chanson est généralement accompagnée des douleurs de l’accouchement.

Combien d’heures passées devant une feuille blanche, derrière un piano ou guitare en main, improductif, incapable de produire quoique ce soit d’intéressant !  Je cherche des idées et rien ne sort. On se sent las, sans énergie et on finit généralement par s’affaler derrière son ordinateur à regarder des chatons sur internet ou devant sa télé à suivre la dernière série à succès sur Netflix. Une journée se passe sans avoir produit quoique ce soit et le sentiment de culpabilité habituel vient nous saisir.

En réalité, la plupart du temps, il en résulte au moins quelques mots griffonnés, des accords gribouillés, un riff de guitare ou une idée. On peut être tenté alors d’oublier tout ça, de jeter notre bout de papier et de recommencer le lendemain.

Retenez ce conseil : ne jetez rien. Tout d’abord, ne multipliez pas les supports d’écriture. J’ai des carnets sur lesquels je note mes moindres idées. Certaines sont sans intérêt, pour d’autres il m’arrive de découvrir leur valeur bien plus tard.

Dans les moments de sécheresse créative, je ressors ces carnets, j’en tourne les pages, je lis ces petits bouts de papier sur lesquels j’ai pris des notes et je leur donne une seconde chance. Et il m’arrive de réaliser que je n’ai pas toujours que des mauvaises idées.

De temps à autre, l’une d’elle va faire naître quelque chose de tout à fait nouveau ou me fait prendre une direction musicale intéressante. Parfois, j’écris des titres de chansons sur des bouts de papier, et quand l’un deux correspond à l’idée musicale que je développe, le processus est enclenché et j’écris une nouvelle chanson.

Ne jetez jamais vos idées, même les plus bizarres. Elles pourraient bien vous venir en aide un jour. Recyclez !

Il y a deux choses à retenir :

  1. Conserver en un seul endroit les idées isolées et les fragments qui surgissent à certains moments, afin d’y revenir quand vous en avez besoin ou quand vous le souhaitez.
  2. Se rappeler, quand vous êtes sec, que le “panier des idées perdues” est là et qu’il est tout à fait pertinent d’y jeter un oeil.

Il est surprenant de réaliser à quel point nous pouvons nous engoncer dans une spirale négative lorsque nous sommes moins prolifiques. Combien de fois ai-je remis en question un quelconque talent d’écriture, combien de fois m’est-il arrivé de me lamenter sur mon manque d’imagination, de me dire “aujourd’hui, c’est pas mon jour” et d’oublier qu’il y a pourtant des moments où je suis capable d’avoir des idées … et même des bonnes !

Stéphane Torregrosa

Compositeur, rédacteur et webmarketeur, spécialisé en Content Marketing. Je partage ici tout ce que je ne peux livrer là-bas.

Submit a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.